AfroNaturo Naturopathie Neurosciences Afrique
Commençons par un appel gratuit

VOILA POURQUOI CETTE ANNEE JE FÊTE KWANZAA ET PAS NOËL

afrique enfants Dec 26, 2022

Cette année le 25 décembre a eu une teneur particulière pour moi. Je me suis demandé à quoi bon. Est-ce qu'on sait pourquoi on fait les choses ?

J'ai trouvé que vibratoirement, la fête de noël en Afrique n'avait pas le même sens qu'en Europe. Dans la rue il y avait quelques décorations, certains commerces décoraient leurs vitrines en mettant des stickers boule de neige : je ne voyais pas le sens de ça.

Quand on était au centre commercial, on était plongés dans l'ambiance avec les chants de Noël et des décorations qui nous faisaient penser qu'on était dans un pays froid mais à quoi bon puisqu'on est dans un pays chaud ?

En voyant des "père noël" déguisés avec des masques qui faisaient peur, à quoi bon encore ? Soit disant c'est la fête des enfants, on a amené la personne avec un masque puisque comme elle est noire, elle ne correspond pas à l'identité du personnage principal de l'histoire qu'elle veut représenter et donc du coup les enfants ont eu peur.

Sur le bord de la route, on voyait des poupées blanches made in China à petit prix qui potentiellement allaient faire office de cadeaux de Noël à des petites filles qui ne pourraient pas se représenter, déjà parce que ce n'est pas leur couleur, mais aussi parce que ce n'était même pas joli. A quoi bon ?

Les taxis augmentent leurs tarifs car soit-disant il leur faut de "l'argent pour la fête'. Ca m'a teeellement énervée !

Hier j'étais à un endroit où plusieurs personnes étaient venues pour cette fête. C'était une ambiance à l'européenne et avec un certain standing mais pourquoi encore une fois ? Qui sommes nous en fait ? Personnellement j'étais en famille, dans l'instant présent. Je voyais aussi les gens contents en me demandant pourquoi ils l'étaient : quel est l'impact, l'importance de cette fête dans la culture locale ? On voit bien que cette tradition ne vient pas d'ici et c'est pour cela que c'est intrigant : on essaie de s'approprier quelque chose qui ne nous appartient pas, dans laquelle on met énormément de valeur et d'importance.  Je voyais des gens qui avaient mais qui n'étaient pas. On leur a vendu ce standing là comme étant le must mais quel sens cela a vraiment ? 

Je n'ai pas fait de cadeau cette année. Je n'avais ni le temps, ni le coeur, ni l'énergie pour ça. Je ne voulais pas rentrer dans cette logique consumériste qui consiste en offrir des cadeaux juste parce qu'il faut le faire. Déjà parce qu'il y a inflation, mais aussi parce que tout cela provoque un afflux énorme dans les lieux de vente (celle qui se croyait agoraphobe mais toujours empathe que je suis n'apprécie pas trop ces endroits). Je me suis vraiment demandé quelle était l'importance et le sens de tout cela.

Je n'aurais jamais dit tout cela si je n'étais pas en Afrique, dans un contexte de décolonisation et de réappropriation culturelle.

Tout cela pour dire que nous sommes dans la période de fin d'année, période où traditionnellement on passe de bons moments en famille et on se reconnecte à ce qu'on est.

C'est la raison pour laquelle cette semaine je vais fêter Kwanzaa. En plus d'être une fête panafricaine, elle véhicule surtout des valeurs qui pour moi ont plus de sens pour tous et en particulier pour les enfants, que le seul fait d'offrir des cadeaux.

Voici ce que j'ai prévu de faire, qui colle parfaitement à mon métier de coach et de mère de jeunes enfants:

  • le 26 décembre : « Umoja » : unité Je veux resserrer les liens de la famille, rappeler que chacun a un rôle et sa place, est UNIQUE
  • le 27 décembre : « Kujichagulia » : la détermination personnelle : Je veux inculquer les valeurs d'effort, de bien faire les choses, chercher à se dépasser et à avoir des résultats concrets, être fier de soi
  • le 28 décembre : « Ujima » : le travail collectif et le sens des responsabilités : je veux que chacun se sente impliqué dans ce qu'il fait. Déjà dans l'organisation de la maison, mais aussi ailleurs. Chacun contribue et met sa pierre à l'édifice.
  • le 29 décembre : « Ujamaa » : les économies coopératives : je veux que l'on travaille sur notre écologie, d'abord à la maison mais aussi dans tous nos domaines de vie. Concrètement faire prendre conscience de la vraie valeur des choses (eau, électricité, nourriture...) c'est vrai qu'à ce sujet l'Afrique est le meilleur des enseignants (faire face aux coupures de courant, prendre conscience que prendre une douche est un privilège...) Et que les économies qu'on fera puisse permettre de faire un truc sympa, ensemble
  • le 30 décembre : « Nia » : le but : je veux que l'on sache que nous sommes là pour un but, personnel mais surtout commun. Il n'y a pas de hasard dans la vie et que tout a un sens, à condition de le connaître. Nous aborderons l'identité de chacun, sa sensibilité que nous mettrons en valeur. Nous nous projeterons dans le futur en visualisant, dans le but d'avoir un pourquoi, un motif fort qui nous permettra d'être motivés cette année qui vient. 
  • le 31 décembre : « Kuumba » : la créativité : je veux faire travailler les cerveaux droits ! C'est ce qui nous manque tellement dans nos sociétés trop rationnelles ! Echanger nos idées et créer à partir de cela, c'est ce que je fais en coaching
  • le 1er janvier : « Imani » : la foi : on dit que l'espoir fait vivre eh bien vivons ! reconnectons nous au fait que tout est possible et que le meilleur est à venir afin de garder les étoiles dans nos yeux, la passion et la joie. Tant d'enfants n'ont pas ou plus de rêves, quel dommage !

Voilà pour moi ! Et toi, qu'as tu prévu ?

Pour en savoir plus sur les offres, réserver votre séance ou prévoir un accompagnement, je vous donne RDV à la boutique.

La boutique

Restons connectés !!

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien rater des nouveautés et informations.

Je vous rassure, vos coordonnées ne seront pas partagées.

Nous détestons les spams et ne divulguerons vos informations pour aucune raisons.